EN TOUTE SERENITE

Trouver ensemble les idées, les attitudes, les objets pour une vie plus belle

 

Vers une vie plus simple … et plus heureuse 6 septembre, 2007

Classé dans : bonheurs,psychologie,vie quotidienne — entouteserenite @ 19:38

feuillesimple.jpgOu comment ne pas se laisser plomber par le matérialisme ambiant…

Vous avez remarqué, sans doute, que nous sommes dans un monde matérialiste qui s’acharne à nous faire croire qu’avec une plus grosse voiture, une plus grande maison, un plus petit téléphone, notre vie serait meilleure (et je passe discrètement sur le sujet femme plus blonde et plus jeune, ou homme plus riche et plus musclé !).

Oui nous sommes bombardés tous les jours de sollicitation, et nous nous laissons tous entrainer dans ce toujours plus. Alors il est temps de donner un bon coup de frein, de descendre de cette voiture un peu folle, et de regarder le paysage autour de nous. Avoir n’est pas un but ! Nous pouvons vivre plus simple, et, paradoxalement, plus heureux.

Le but n’est de s’interdire de consommer (soyons clair, cela ne me menace pas prochainement). Mais de sortir de l’idée que nous sommes ce que nous avons, et de faire le tri pour ne garder que le meilleur.

Le matérialisme est une mauvaise réponse au vide

Vous êtes déprimé, vous vous sentez « un creux là » (Astérix en Helvétie) … Inévitablement vient la tentation de combler avec des choses. Helas, c’est un puits sans fond, vous aurez brièvement l’impression de combler le vide, il reviendra inévitablement.

Comme dit la sagesse bouddiste, si un objet apportait vraiment du bonheur, vous l’aimeriez de plus en plus, au fil des années. Or c’est généralement l’inverse qui se produit… L’objet perd son pouvoir magique avec le temps.

alors, pour remplir le vide intérieur, il existe d’autres pistes, plus sûres, et plus simples

  • les relations humaines
  • la passion pour son travail ou un hobbie
  • le service aux autres
  • les défis personnels
  • la connaissance

Réduire le matérialisme n’est pas le nier totalement ! Vous n’avez pas à vivre dans une robe de bure, un bol en argile à vos côtés. L’extreêmisme anti matérialisme n’est jamais qu’un nouvel excès ! L’important est de considérer ses objets comme neutre, de ne pas se laisser leurrer. C’estdonc une question d’attitude intérieure plus que d’action.

  1. Vous n’êtes pas les choses que vous possédez. Séparez votre identité de ce que vous possédez, vous n’êtes pas sportif parce que votre voiture est rouge, ou bête parce que votre voiture est moche (je caricature à peine).
  2. Les relations parlent d’être, pas d’avoir . Nous ne devrions pas parler « d’avoir » un mari ou un enfant. C’est confondre l’objet, que l’on a en effet, et l’être avec lequel on est en relation. Plus vous traiterez les autres et les relations en objets, moins vous en tirerez de richesse… au sens figuré !
  3. Donnez vous des buts, des défis . Pour combler le vide , au lieu de matérialisme, remplissez votre vie de défis. Qu’ils soient matériels (l’année prochaine, j’aurais payé toutes mes dettes) ou non (le mois prochain, je peux monter toute cette volée de marche sans être essouflé grâce à mon entrainement), le défi donnera du sens et de la passion à votre vie, mettra du rythme et du suspens à votre quotidien.
  4. Aidez. Mettez votre énergie au service des autres. Allez distribuer des repas pour les restaus du coeur quelques soirs, dépannez votre voisine âgée en faisant quelques courses, servez d’écrivain public dans votre école pour les parent en difficulté… tous les talents sont utiles, et votre soirée ou votre dimanche vous laisseront avec une sensation bien plus gratifiante qu’un shopping (et votre banquier ne vous convoquera pas pour ça !).
  5. Jetez . J’adore celui la… oui je l’avoue j’éprouve un vrai plaisir à libérer un espace de ce qui l’encombre… l’espace pouvant être une maison de 200 m2 ou un tiroir à chaussette. Pour ne pas vous laisser aller à acheter sans cesse, fixez vous des limites, triez, jetez : 7 paires de chaussettes (une par jour de la semaine, de lessive en lessive) c’est suffisant. Jetez moi ces vieilles choses informes ! rangez ! respirez ! ne soyez pas dupe de l’habitude et de la puissance d’inertie des objets.
  6. Regardez la richesse comme un défi, non un but. Comment garder le bonheur quand un but est atteint ? faire de l’argent n’est pas une fin en soi : c’est plutot l’occasion de s’astreindre à une discipline, à du travail, de se prouver des choses.
  7. Privilégiez le faire à l’avoir. Vous pensez que vous offrir des skis neufs améliorera votre expérience. Et puis vous êtes trop crevés pour aller skier en février. Et puis vous n’avez pas de neige l’année suivante… Et pourtant en année 3 vous vous rachetez une paire. C’est comme skier par procuration… Mais si le matériel est nécessaire, il n’est pas tout ! skiez ! ne vous laissez pas aller à acheter des objets en croyant que cela remplace le vécu ! toute la pub joue là dessus, et c’est une illusion. Les objets ne sont pas des intermédiaires obligés, et une demi heure de plaisir à coller des allumettes pour faire une tour eiffel peut être un vrai bonheur.
  8. Utilisez l’argent pour vous libérer, pas vous enchainer . Vous avez une augmentation, un héritage, un gros lot à la loterie ? Aulieu d’élever aussitôt votre niveau de vie, créez un écart entre votre revenu et ce que vous dépensez, afin de vivre au dessOus de vos moyens. Cela vous donnera la liberté de poursuivre des buts et des idées au long terme.
  9. Visez la simplicité. Vos possessions, si elles sont coûteuses, fragiles, compliquées, alourdissent votre quotidien. Faites le tri, choisissez simple plutot que image, vous aurez une vie plus légère… Le bon exemple par excellence ? votre lieu de vie. Toujours plus grand ? hum, il arrive un moment où trop grand n’a plus de sens, c’est plus de travail, plus de souci, plus de lourdeur au quotidien. De quoi avez vous réellement besoin ?
  10. N’entrez pas dans la course du rat. Ayez des amis dans toutes les couches sociales. Ne vous laissez pas entrainer à juger les gens sur leur revenu ou leur profession. Richesse et intelligence ne sont pas synonymes. Pauvreté et bêtise non plus. Il y a des pépites de sagesse et de bonheur partout, savoir les reconnaitre sans vous laisser enfermer dans un jeu d’apparence et de compétition sociale est un talent, et une garantie de pas vous laisser emporter pas les jeux d’apparence.
  11. Jugez vous sur vos propres critères, vos valeurs personnelles. N’attendez pas la reconnaissance des autres pour être en accord avec vous même. Et ne vous laissez pas perturber par les reflets contradictoires que les autres peuvent donner de vous… vous êtes le seul à savoir ce qui est vraiment important et juste pour vous.
  12. Lâchez prise. Le bouddisme dit que la souffrance nait de l’attachement. C’est une question d’attitude : le but n’est pas encore une fois de tout abandonner, mais de ne pas s’agripper. Un ami m’a donné un jour une image qui me tient à coeur : « si tu veux avoir un oiseau apprivoisé dans ton jardin , tu le laisses se poser sur ton doigt, partir , revenir. tu ne le serres pas à l’étouffer , il n’y survivrait pas. La vie est comme un moineau… »

    oiseaumain.jpg

  13. Les linceuls n’ont pas de poche. A l’ultime minute, quand vous vous retournerez, qu’est ce qui sera important ? la voiture sans rayure sur la carosserie ? l’écran plat multi dimensionnel ? le sourire de votre enfant devant un éléphant au zoo ? The Homme déteste quand je fais ce genre d’allusion, mais il convient lui même que j’ai raison. .. Souvenez vous des priorités !

Pour consulter le superbe article américain qui m’a largement inspiré ce post, filez chez scott young.
Et restez simple !

 

3 Commentaires

  1.  
    steve moume
    steve moume écrit:

    slt,j ai vraiment apprecie votre article et souhaiterai avoir toujours de vos conseils car je me suis reconnu dans tout ce que vous avez enonce en preambule

  2.  
    aurelien
    aurelien écrit:

    Vraiment, merci !!

    J’ai lu avec beaucoup d’interet pas mal de vos posts aujourd’hui…
    Je suis tombé par hasard dessus en tapant sur Google : « realiser son bonheur »…
    Et bien… Vous m’avez fait réalisé que j’étais très heureux par quelques petites phrases simples et surtout que la joie se provoque, qu’elle ne tombe pas du ciel…
    C’est vrai que c’est bien plus facile de se plaindre et de faire la grimace (même si physiquement : sourire utilise moins de muscle que faire la tete)…

    Merci beaucoup beaucoup, j’étais dans une periode un peu noire en ce moment et en quelques mots les nuages s’en vont et le ciel éclaircit…
    J’avais besoin de vous lire pour aller mieux en somme…

    Je vous souhaite tout le bonheur du monde et vous dit à bientot…

    aurélien…

  3.  
    Claire D
    Claire D écrit:

    Super article, merci ! J ai particulièrement aimé votre conseil sur le fait de jeter et sur l habitude de vivre en dessous de ses moyens.
    Juste une petite remarque : vous parlez de combler le vide. À mon sens, nous ne sommes pas vide mais en non contact avec nous même ce qui nous donne cette sensation de vide.

    À part de ce petit point, j adhéré complètement ! J ai moi même écrit des articles qui reprennent ces concepts et plus particulièrement que j affectionne sur les 7 astuces pour mener une vie plus simple http://osezlebienetre.com/7-astuces-pour-mener-une-vie-plus-simple/

Commenter

 
 

P O S I T I V E R |
encore zun |
Ma classe maternelle 2007/2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trouvez votre notice ...
| Subversif
| passionbulgarie