EN TOUTE SERENITE

Trouver ensemble les idées, les attitudes, les objets pour une vie plus belle

 

J’aime Fred Vargas… 14 avril, 2011

Classé dans : bonheurs,vie quotidienne — entouteserenite @ 10:50

comme écrivain de polar originaux, malheureusement massacrés par la télévision, et comme vigie de notre société aussi. Je ne résiste pas à ce texte d’elle que l’on vient de m’envoyer, je vous l’offre, tel quel. Merci Fred

Nous danserons encore
Nous y voilà, nous y sommes.
Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hautsfourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal…Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau. Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi ou crevez avec moi.Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et
honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines).
S’efforcer.
Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d’échappatoire, allons-y.
Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie – une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.
Fred Vargas
Archéologue et écrivain

 

 

Faites des plans, ca amusera beaucoup la vie de les bousculer … 14 février, 2011

Classé dans : bonheurs,psychologie,vie quotidienne — entouteserenite @ 22:21

chevaux  Nous faisons tous cela, surtout dans notre monde occidental qui aime à planifier, maitriser etc… Vous souvenez-vous qu’il y a encore quelques années les recruteurs osaient demander à leurs candidats, en entretien d’embauche, où et comment ils se verraient 20 ans plus tard ! Bon, aujourd’hui le recruteur se tasse un peu sur le sujet car l’entreprise est la première à ne pas savoir où elle va être en 2031. Mais l’idée de fond est là : nous devrions tous tracer notre chemin par volonté, maitriser nos pas, planifier intelligemment nos mouvements.

Or la réalité, dure et contondante, c’est que la vie, elle  fait comme elle veut, et que toute planification aussi intelligente qu’elle soit peut être remise en cause par les événements, la santé, la politique, la neige… la liste des surprises de la vie est infinie et chacun de nous a déjà été rattrapé.

Alors, lorsque la vie vous joue un de ses tours dont elle a le secret, vous avez deux possibilités.

  • vous assoir et pleurer sur votre triste sort, maudire la vie qui ne se plie pas à vos principes avec suffisamment de souplesse (peu de chance qu’elle apprenne)
  • vous assoir et pleurer sur votre triste sort, et puis commencer à réfléchir sur les aspects positifs, ou en tout cas utilisables de la situation , et accepter de  suivre le courant

C’est plus facile à dire qu’à faire, et dans certains cas c’est impossible (je pense à un deuil subit par exemple). Mais le plus souvent c’est possible, parce que nous crispons et râlons sur des choses qui ne sont pas si graves finalement, et qu’un peu de souplesse et d’optimisme de notre part nous permettraient de mieux vivre la situation.

Cela me fait penser à un conte chinois, lu je ne sais plus où, mais qui m’avait fait réfléchir à l’époque. Je l’écris comme je m’en souviens , c’est à dire surement déformé, éventuellement tronqué, mais voila en bref l’idée…

(more…)

 

 

saint valentin, fête commerciale ? décommercialisez-la… en faisant vous même ! 11 février, 2011

Classé dans : argent,bonheurs,psychologie — entouteserenite @ 16:04

toi et moi Moi, j’aime bien la Saint Valentin. Bon, c’est un tout petit peu casse moral quand on est célibataire, d’accord. Pour ceux qui sont en couple en revanche, c’est une jolie occasion de se souvenir que c’est une chance d’être aimé, et que faire plaisir à l’autre… fait toujours plaisir aux deux.

Mais évidement, le cortège de pubs de parfums, fleurs livrées à distance, crépière et autres bracelets à colifichets gâche légèrement le paysage, en donnant l’impression que toute cette journée se résume à une valse préalable de carte bleue.

Ne vous laissez pas détourner de la carte du tendre ! il y a d’autres façons de dire je t’aime, et elles sont plutot plus douces et plus aimantes que les plus couteuses. Regardez quelques suggestions :

au lieu d’aller au restaurant, faites vous même le diner de votre tête à tête. Même si vous n’êtes pas un cordon bleu inoubliable (et puis, Picard n’a pas été inventé pour les chiens, dit souvent mon berger blanc avec une nuance de regret dans le regard), faites le diner, mettez une jolie table, tamisez les éclairages. Il va sans dire que cette attention sera d’autant plus apprécié si ce n’est pas vous qui faites le diner d’habitude… Musique, regard tendre, et ilot de bonheur dans un monde de brutes.

au lieu d’acheter une carte toute faite, faites la vous même. Si ! Vous pouvez ! un simple collage, avec des photos et images piquées dans quelques magazines, pour illustrer votre bonheur, votre amour, vos souvenirs ou projets, ca fait une carte unique et personnelle autrement plus douce à recevoir qu’un « eternel amour » de grande surface. Vous pouvez aussi trouver sur Ebay des cartes anciennes pour presque rien, qui sont toutes jolies à envoyer en cette période d’email -mais pour cette année, je pense que c’est un peu rapé. trop tard, à vos talents d’artiste donc !

au lieu d’acheter des chocolats tout fait, faites vous même des truffes et modelez les, avant de les rouler dans le chocolat, en forme de coeur bien évidement. Succès garanti avec les gourmands (es) romantiques (reproductible à Noêl, à Paques et à la Trinité, les chocolats ayant le bon gout d’être hautement périssables et encore plus hautement consommables). Ah, j’oubliais, vous pouvez aussi acheter une barquette de fraise et les tremper dans du chocolat fondu… meilleur que beaucoup de chocolats de supermarché !

au lieu de vous ruiner en roses un peu convenues, relevez le défi de la créativité, faites un bouquet harmonieux et romantique à partir des bouquets miteux de supermarchés… simplement mal assemblés pour la plupart. Les fleurs elles même sont tout à fait fréquentables : et pour une ou deux idées de bouquets, voyez cet article (en anglais, mais les photos parlent toute seules : avant, après ) realsimple

Et puis n’oubliez pas, le plus beau des cadeaux de la Saint Valentin, c’est un vrai, long regard qui dit

« je ne vois que toi »

et là, vous embrassez zen !

 

 

 

 

 

2011, année de la disparition des dinosaures ?… 1 janvier, 2011

Classé dans : bonheurs,psychologie,vie quotidienne — entouteserenite @ 22:29

dinosaures et compagnieLa nouvelle année est là. Et en plus elle commence joliment par un 1.1.11 .  C’est émouvant des jolis chiffres tout rond.

Voici donc venir l’année 2011, dont on ne peut que souhaiter qu’elle soit un peu moins agitée que 2010. Entre ses volcans en folie, ses systèmes bancaires en déroute, ses grèves à rallonge et sa glaciation de décembre, 2010 aura été un peu compliqué à vivre pour tout le monde (et pou moi, donc… mais c’est une autre histoire).

C’est cette période de glaciation cloturant 2010 qui m’inspire une réflexion assez écologique, somme toute. Je crois fermement que 2011 va être (glaciaire ou non) l’année de l’extinction de nombreux dinosaures de notre civilisation occidentale. Par dinosaures, j’entends ces habitudes bêtes, planètement couteuses, inutiles, souvent dictée par l’égoïsme ou le confort aveugle,  qui rendent la vie des autres plus compliquées et qui n’améliorent pas vraiment la vie de ceux qui les nourrissent.

Voici quelques dinosaures qui me paraissent appelés à disparaitre prochainement, que la neige et la glace fondent ou non en janvier 2011 :

  • les 4×4 en ville. Ah oui, pas les bons gros campagnards boueux de mon coin, qui tractent du cheval ou de la vache de temps en temps. Non, je pense à ces 4×4 rutilants, ces Cayenne, ces Touaregs qui encombrent les rues, ravagent les trottoirs le soir de leur empreinte mamouthesque, et font un trou à la pompe et à la couche d’ozone au passage. Ouaip, je sais que leur consommation a achtement diminée récemment mais… comme les autres véhicules aussi sont devenus plus intelligents, et bien mes braves 4×4 ils restent bon derniers de la classe, n’en déplaise à leurs propriétaires. Sus aux 4×4 urbains donc (et si vous êtes concessionnaires Toyota, merci de me dire quand sort le monospace Prius ou Corolla hybride qui me fait rêver : la place pour tout le monde et la consommation d’une chèvre dans le désert. l’avenir est là !)
  • les rolex, les publicitaires, les audigiers addicts : bref tous ceux qui nous font croire qu’il faut avoir pour être , qu’il fait être bête pour avoir plus en dépensant encore plus, tout en ayant moins (de neurones). Bref, ce que l’on a appelé rapidement et très musicalement le bling bling a du plomb dans l’aile, et c’est pas dommage. Christian Audigier en particulier, un de mes grands ennemis personnels, ce dont il se moque, est en grande difficulté financière, ce dont il se moque moins. C’est rassurant de savoir qu’avoir été le créateur d’une casquette choisie par Britney Spears ne suffit pas à faire un concept d’entreprise durable… Peut être 2011 sera t elle l’année ou l’on piquera des fous rires ouverts devant les vitrines des grands « créateurs » qui sont aujourd’hui des usines à licences et plus du tout des antres de créativité – Christian Lacroix peut en témoigner – . Et en tout cas, je suis persuadée que nous nous réveillons (presque) tous de nos délires de société de consommation avec l’oeil bien acéré et le filtre à manipulation bien installé
  • les 35 kilos pour 1m80 sur les podiums : l’adorable mannequin anorexique qui a osé casser le silence du monde de la mode et poser nue et décharnée sur des affiches 4×3 est morte il y a quelques jours. Je ne peux que la remercier d’avoir eu le courage de casser la gueule – virtuellement – à quelques responsables de casting et de defilés qui font sciemment défiler des tas d’os en danger de maladie voire de mort évident. Et j’aime à imaginer qu’en 2011 on aura des défilés avec des vraies femmes, avec des formes, et avec peut être , parfois (si, j’ose, j’OSE ) des Rides !!! pas beaucoup, une ou deux, juste pour que les mannequins n’aient pas 16 ans mais 20 !
  • les lieux surchauffés, les gâchis d’électricité, de chauffage, de lumière … : il est temps de nous reprendre et de dépenser (pas tant en argent qu’en impact sur la planète ) moins. Quelle idée de se balader en t shirt court en hiver dans un appartement surchauffé, mettez un pull ! Eteignez les lumières des pièces que vous quittez .Et si vous avez une vitrine mettez une minuterie pour qu’elle soit obscure à partir de 23 heures. Les voisins et les ours polaires vous en remercieront. Investissez dans un poele à bois, des programmateurs, mettez des interrupteurs à détecteur de présence pour les escaliers et les couloirs : bien sur vous ne gagnerez pas des milles et des cents mais si nous en faisons tous autant… à fin 2011… nous aurons peut être aussi bien vécu mais moins abimé notre environnement.
  • lisez, écouter, regardez dématérialisé : il est temps d’arrêter les cd, les dvd, et même une partie des bouquins. Et c’est une éditrice professionnelle  qui vous dit ça, une vraie amoureuse des livres ! car il est temps de faire le tri. Oui le livre de Yann sur la planète ou delui d’Olivier sur le Tibet est irremplaçable en papier et doit continuer. Mais pour votre catalogue de la Redoute, pour les oeuvres complètes de Georges Sand, pour la compil de Bowie , il y a le numérique, et c’est vraiment mieux. J’ai eu la chance d’avoir pour mon anniversaire un Ipad (dont je suis totalement et pathologiquement fan) et j’ai aujourd’hui toute une bibliothèque dedans, dont une tripotée de textes hors droits d’auteur , donc gratuits, que je découvre ou relis (ca c’est la version snob, « en ce moment je relis tout Dostoievski ». Ben moi, j’en avais lu un, et maintenant j’en lis des bouts par moments, quand j’ai envie, et je me régale) sans couper le moindre arbre, et sans encombrer le moindre mèetre carré. Passez au numérique, l’important est ce qu’il y a DANS la boite !! et la boite elle est petite , légère, elle vous offre les 60 volumes que vous baladez à tout moment , quelle que soit leur épaisseur, et c’est vraiment génial.

Voila quelques uns des dinosaures que je vois bien 2011 mener au cimetière des races oubliées.
Il y en a surement d’autres… suggérez les en commentaires !

Et en attendant, cuvez votre réveillon ZEN !

 

 

 

 

Oublions les « Must Have » de l’année, de l’été, du jour… passons au « Must Be » 19 juin, 2010

Classé dans : bonheurs,psychologie — entouteserenite @ 22:27

C’est le Figaro Madame entrevu ce samedi qui m’a amenée à cette réflexion. Les Must Have : ces espèces de produits généralement idiots que l’on nous impose soudainement et que l’on veut faire croire indispensable à notre survie.

On « Must Have » une grande télé pour la Coupe du Monde, une paire de lunette façon Jackie époque Onassis pour l’été, un sac à main It-Bag de Mme Machin,  etc…

Must Have : la société de consoommation quand elle ne cherche même pas à masquer son diktat ! Vous « devez avoir » !

Je crois, avec ma micro vision sociologique du fond de ma verte banlieue, que nous sommes, pour une bonne partie du monde dit riche, en train de nous réveiller de ce diktat, de cette illusion. Certes il y en a encore autour de moi qui croient vraiment qu’il est vital de changer de voiture tous les deux ans (must have le dernier look intérieur toc , celui d’il y a 3 ans est démodé) de jupe tous les ans (si, l’année dernière c’était à volant, cette année c’est Liberty) de rimmel tous les mois (le nude est In, le nude est Out, le tout étant que vous entriez et ressortiez de chez le parfumeur du coin).

Mais il y a aussi tout une partie du monde qui se réveille avec une légère gueule de bois et la sensation vague que la soulerie de consommation de notre monde depuis 1950 est en train de toucher à sa fin.

Et que l’on peut nous asséner tous les « Must have » que l’on veut, nous ne sommes plus tout à fait dupes.

Les Must Have ne comblent pas vraiment les vides des vies et ne rendent pas heureux.
j’ai décidé cet été d’opter pour les Must Be. Les Must Be sont beaucoup moins couteux et beaucoup plus satisfaisants. Etre .Simplement.

Choisir sa vie, décider de ce que l’on fait sans forcément consommer, sans forcément changer, sans forcément payer.

Nous allons y arriver tous, progressivement. Simplement parce que notre planete ne peut pas assumer du Must Have artificiel pour tout le monde au niveau que nous avons atteint. Et que seuls les vrais , les importants Must Have méritent de se battre, pour soi et pour nos voisins, nos collègues, nos compatriotes : un toit, de la nourriture, de l’éducation, de la santé, du loisir.

Nous avons un niveau de vie moyen en France incroyable… que nous oublions complètement dans le discours de crise dont on nous abreuve depuis des mois.Une grande partie de la population a accès aux vrais Must Have. Il faut travailler à les amener à ceux qui ne les ont pas.

Et il est temps de laisser tomber les « must have » artificiels, ces perfusions de consommation creuse.

Alors oui, il est probable que ma voiture fera bien plus que ces 5 ans passés déjà avec moi, et que nous fêterons sans doute un jour ses 100 000 km ensemble. que je ne changerais pas de lunettes solaires cette année, mes braves solaires d’il y a 2 ou 3 ans faisant parfaitement l’affaire. que je limiterais encore dans les années à venir mes dépenses en superflu..

Pour revenir aux vrais indispensables en Must Have

et réapprendre les Must Be.
be heureux, léger, serein, contenté de peu, attentif au soleil, au vent sur la peau, au sourire de la fleur, au rire d’un enfant.
Besoin d’aucun Must Have artificiel pour profiter de tout ça…  Crise ou pas crise, la nature, l’amour, l’amitié, le travail au quotidien sont toujours là. ce sont les vrais indispensables de nos vies.

On avait failli oublier que l’on peut vivre bien plus zen quand on arrête de courir après les désirs qu’on nous impose… pour écouter les désirs simples de nos êtres.
Bon dimanche à tous !

 

 

 

 

Les dieux … 5 mars, 2010

Classé dans : bonheurs,psychologie — entouteserenite @ 11:18

aphrodite  Je regardais hier un joli film avec Morgan Freeman (ahh, Morgan Freeman, un des seuls acteurs qui soient capable de me faire regarder n’importe quel film sur la simple idée qu’il a choisi d’y participer, donc que c’est forcément intéressant). Ce film américain du nom de Feast Of Love en vo (aucune idée du titre en français, ça fait chic non !) commence par une réflexion, ou plutot une légende que je me sens obligée de vous offrir :
« Il se raconte, en Grèce, qu’à l’origine les Dieux ont créé le monde… et qu’ils ont commencé à s’ennuyer. Alors ils ont créé l’homme. Mais ils s’ennuyaient toujours. Alors ils ont créé l’amour. Et là, ils ne se sont plus ennuyés, et ils ont été si fascinés qu’ils ont décidé d’essayer l’amour, eux aussi.
Et alors, ils ont inventé le rire, pour survivre à ce qu’ils venaient de créer… »

Aimez, souffrez, mais surtout n’oubliez pas d’en rire, et d’en rire….zen !

 

 

 

12345...12
 
 

P O S I T I V E R |
encore zun |
Ma classe maternelle 2007/2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trouvez votre notice ...
| Subversif
| passionbulgarie