EN TOUTE SERENITE

Trouver ensemble les idées, les attitudes, les objets pour une vie plus belle

 

Objectif : légèreté printanière.. 12 juin, 2011

Classé dans : bonheurs,désordre,organisation,psychologie,vie quotidienne — entouteserenite @ 22:55

un carton ? je viens !!J’écris depuis plusieurs années déjà  dans ce blog sur la prolifération des objets, leur capacité fascinante à  nous ensorceler jusqu’à  l’accumulation… C’est un sujet qui me tient à  coeur depuis longtemps et voila que… je vais m’y mettre drastiquement. Mon expérience campagnarde ne s’étant pas génialement passée en un an, entre accident, grève des transports, pénurie d’essence, impossibilité de travailler et problèmes de sante (et encore, je vous en passe et des meilleures !) , je … redéménage !

En fait le vrai déclencheur, c’est le fait que mon fils veut pouvoir alterner plus facilement entre son père et moi, ce que je n’avais pas vu venir et qui se révèle impossible d’ici.

Me voici donc destinée à un rapide retour en banlieue parisienne !

Et entre signature de vente et chance de trouver un rachat, je vais passer par la case location (vous n’auriez pas une adorable mini maison de une ou deux chambres à louer à Saint Maur des Fossés par hasard ?) et très probablement pour un bon moment la case garde meuble. Du coup, j’ai décidé de procéder à une sélection impitoyable. Ne me suivront que les objets :

Qui sont utiles

ou

Que je vois beaux et qui me mettent en joie

C’est tout. Réduire les objets au vraiment nécessaire et au vraiment fort, et laisser le reste, comme le serpent qui mue de ses anciennes écailles sur le chemin.

C’est parfois difficile.

Il y a des meubles auxquels je suis attachée mais qui ne tiendront pas dans mon futur logement de banlieue (ici j’avais mes aises !!) et que je vends sur ebay (jetez un coup d’oeil si vous aimez le différent… c’est assez asiatique tout ca. Et je vais y ajouter des choses régulièrement !) .
Il y a des objets qui m’attendrissent parce qu’ils sont liés à telle ou telle période de ma vie, et qui, ni beau ni utiles, évoquent des souvenirs, portent une charge émotionnelle.

Il y a des choses que j’ai achetées et que je ne pourrais pas revendre, et que je dois accepter de laisser partir en pertes et profits

Bref il y a tout un travail de détachement et , pourquoi pas oser le mot, de deuil d’un certain nombre d’objets. Et des images, des rêves ou des souvenirs qu’ils portent.

Mais je sens aussi qu’au bout de ce travail , il y a une nouvelle légèreté. Un chez moi qui ne souffrira pas l’inutile ou le bête. Qui ne supportera pas l’accumulation. Qui fera peu, mais bien.

Il y aura un différent  » chez moi » pour cette seconde moitié de vie que j’aborde (si Dieu me prête vie, ce qui reste à prouver car son sens de l’humour parfois impénétrable peut très prochainement mettre un terme que je jugerai prématuré à l’expérience, mais pour l’instant je considère que , approchant de mes 47 ans, je suis pile dans ce milieu de vie que l’on ne traverse pas sans changement et évolution) qui sera neuf et léger, tandis que les souvenirs prendront leur véritable place…dans mes étagères mentales.

Me voici donc en plein tri et allègement, et c’est difficile et « grandissant ».

Et vous, vous triez et vous vous allégez comment de tout ce que la vie nous dépose pour avancer zen ?

 

 

 

J’aime Fred Vargas… 14 avril, 2011

Classé dans : bonheurs,vie quotidienne — entouteserenite @ 10:50

comme écrivain de polar originaux, malheureusement massacrés par la télévision, et comme vigie de notre société aussi. Je ne résiste pas à ce texte d’elle que l’on vient de m’envoyer, je vous l’offre, tel quel. Merci Fred

Nous danserons encore
Nous y voilà, nous y sommes.
Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hautsfourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal…Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau. Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi ou crevez avec moi.Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et
honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines).
S’efforcer.
Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d’échappatoire, allons-y.
Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie – une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.
Fred Vargas
Archéologue et écrivain

 

 

Faites des plans, ca amusera beaucoup la vie de les bousculer … 14 février, 2011

Classé dans : bonheurs,psychologie,vie quotidienne — entouteserenite @ 22:21

chevaux  Nous faisons tous cela, surtout dans notre monde occidental qui aime à planifier, maitriser etc… Vous souvenez-vous qu’il y a encore quelques années les recruteurs osaient demander à leurs candidats, en entretien d’embauche, où et comment ils se verraient 20 ans plus tard ! Bon, aujourd’hui le recruteur se tasse un peu sur le sujet car l’entreprise est la première à ne pas savoir où elle va être en 2031. Mais l’idée de fond est là : nous devrions tous tracer notre chemin par volonté, maitriser nos pas, planifier intelligemment nos mouvements.

Or la réalité, dure et contondante, c’est que la vie, elle  fait comme elle veut, et que toute planification aussi intelligente qu’elle soit peut être remise en cause par les événements, la santé, la politique, la neige… la liste des surprises de la vie est infinie et chacun de nous a déjà été rattrapé.

Alors, lorsque la vie vous joue un de ses tours dont elle a le secret, vous avez deux possibilités.

  • vous assoir et pleurer sur votre triste sort, maudire la vie qui ne se plie pas à vos principes avec suffisamment de souplesse (peu de chance qu’elle apprenne)
  • vous assoir et pleurer sur votre triste sort, et puis commencer à réfléchir sur les aspects positifs, ou en tout cas utilisables de la situation , et accepter de  suivre le courant

C’est plus facile à dire qu’à faire, et dans certains cas c’est impossible (je pense à un deuil subit par exemple). Mais le plus souvent c’est possible, parce que nous crispons et râlons sur des choses qui ne sont pas si graves finalement, et qu’un peu de souplesse et d’optimisme de notre part nous permettraient de mieux vivre la situation.

Cela me fait penser à un conte chinois, lu je ne sais plus où, mais qui m’avait fait réfléchir à l’époque. Je l’écris comme je m’en souviens , c’est à dire surement déformé, éventuellement tronqué, mais voila en bref l’idée…

(more…)

 

 

Oublions les « Must Have » de l’année, de l’été, du jour… passons au « Must Be » 19 juin, 2010

Classé dans : bonheurs,psychologie — entouteserenite @ 22:27

C’est le Figaro Madame entrevu ce samedi qui m’a amenée à cette réflexion. Les Must Have : ces espèces de produits généralement idiots que l’on nous impose soudainement et que l’on veut faire croire indispensable à notre survie.

On « Must Have » une grande télé pour la Coupe du Monde, une paire de lunette façon Jackie époque Onassis pour l’été, un sac à main It-Bag de Mme Machin,  etc…

Must Have : la société de consoommation quand elle ne cherche même pas à masquer son diktat ! Vous « devez avoir » !

Je crois, avec ma micro vision sociologique du fond de ma verte banlieue, que nous sommes, pour une bonne partie du monde dit riche, en train de nous réveiller de ce diktat, de cette illusion. Certes il y en a encore autour de moi qui croient vraiment qu’il est vital de changer de voiture tous les deux ans (must have le dernier look intérieur toc , celui d’il y a 3 ans est démodé) de jupe tous les ans (si, l’année dernière c’était à volant, cette année c’est Liberty) de rimmel tous les mois (le nude est In, le nude est Out, le tout étant que vous entriez et ressortiez de chez le parfumeur du coin).

Mais il y a aussi tout une partie du monde qui se réveille avec une légère gueule de bois et la sensation vague que la soulerie de consommation de notre monde depuis 1950 est en train de toucher à sa fin.

Et que l’on peut nous asséner tous les « Must have » que l’on veut, nous ne sommes plus tout à fait dupes.

Les Must Have ne comblent pas vraiment les vides des vies et ne rendent pas heureux.
j’ai décidé cet été d’opter pour les Must Be. Les Must Be sont beaucoup moins couteux et beaucoup plus satisfaisants. Etre .Simplement.

Choisir sa vie, décider de ce que l’on fait sans forcément consommer, sans forcément changer, sans forcément payer.

Nous allons y arriver tous, progressivement. Simplement parce que notre planete ne peut pas assumer du Must Have artificiel pour tout le monde au niveau que nous avons atteint. Et que seuls les vrais , les importants Must Have méritent de se battre, pour soi et pour nos voisins, nos collègues, nos compatriotes : un toit, de la nourriture, de l’éducation, de la santé, du loisir.

Nous avons un niveau de vie moyen en France incroyable… que nous oublions complètement dans le discours de crise dont on nous abreuve depuis des mois.Une grande partie de la population a accès aux vrais Must Have. Il faut travailler à les amener à ceux qui ne les ont pas.

Et il est temps de laisser tomber les « must have » artificiels, ces perfusions de consommation creuse.

Alors oui, il est probable que ma voiture fera bien plus que ces 5 ans passés déjà avec moi, et que nous fêterons sans doute un jour ses 100 000 km ensemble. que je ne changerais pas de lunettes solaires cette année, mes braves solaires d’il y a 2 ou 3 ans faisant parfaitement l’affaire. que je limiterais encore dans les années à venir mes dépenses en superflu..

Pour revenir aux vrais indispensables en Must Have

et réapprendre les Must Be.
be heureux, léger, serein, contenté de peu, attentif au soleil, au vent sur la peau, au sourire de la fleur, au rire d’un enfant.
Besoin d’aucun Must Have artificiel pour profiter de tout ça…  Crise ou pas crise, la nature, l’amour, l’amitié, le travail au quotidien sont toujours là. ce sont les vrais indispensables de nos vies.

On avait failli oublier que l’on peut vivre bien plus zen quand on arrête de courir après les désirs qu’on nous impose… pour écouter les désirs simples de nos êtres.
Bon dimanche à tous !

 

 

 

 

Ahhh, s’organiser … mais savez vous que vous n’avez pas forcément besoin de la même organisation que moi ? 12 mai, 2010

Classé dans : désordre,organisation,psychologie,travail,vie quotidienne — entouteserenite @ 16:47

post it  … ou que l’oncle Paul, ou votre meilleure copine.

Car, contrairement à une idée couramment répandue, il n’existe pas « une organisation idéale » à appliquer à chacun, mais bien une organisation adaptée à chacun d’entre nous. L’organisation n’est pas une une science exacte avec des préceptes gravés dans le marbre. C’est un ensemble qui doit correspondre à celui qui l’utilise, à sa vie, à son entourage et… à son style.

Car nous ne sommes pas tous pareils, vous le savez déjà, et nous sommes entre autres différents dans notre façon d’appréhender le monde et ses informations. Certains d’entre nous sont des auditifs, d’autres des visuels, d’autres enfin des tactiles . Savez vous à quelle catégorie vous appartenez ? Cela vous parait peut être anecdotique, mais c’est là le secret pour réaliser une organisation qui vous corresponde vraiment. Si vous êtes un auditif, le Post It sur le frigidaire ne vous servira pas à grand chose. Si vous êtes visuel, la fonction petit message de rappel sur votre téléphone ne vous servira pas. Il est important d’adapter votre mode d’organisation (à la maison, au bureau, dans vos loisirs) à ce que vous êtes pour que ce soit efficace. Et accessoirement, cela explique pourquoi ce qui marche pour vous ne fonctionne pas pour Monhomme ou les Juniors… chacun son style !

Pour reconnaitre quel type d’approche vous convient le mieux, voici un petit test : vous comptez un point à chaque affirmation qui vous correspond fortement. vous faites ensuite le total par catégorie et vous vérifiez dans quelle catégorie vous avez le plus de points. C’est elle qui vous donnera la piste à creuser pour vous organiser en fonction de ce que vous êtes… et pas de principes inadaptés !

(more…)

 

 

Quelques minutes de calme chez vous? profitez en pour lutter contre le désordre de quelques gestes simples.. 9 mai, 2010

Classé dans : désordre,maison,organisation,vie quotidienne — entouteserenite @ 18:14

5 minutes Le printemps est bien installé, et avec lui le retour de la lumière, de l’envie d’espace et de zenitude chez soi. Mais voila, chez soi, c’est pour nous tous un lieu assailli par le courrier tous les jours, les gadgets et achats tous les mois, les vêtements et objets oubliés tous les ans. Bref, chez soi, c’est rarement un modèle d’ordre. Or l’ordre est la première chose qui permet de retrouver la zenitude et l’espace d’un lieu – parole de home stager !-.

Bon, si vous êtes courageux, vous pouvez poser 4 jours de RTT (oh, mais j’y pense , il y a un pont la semaine prochaine !) et vous lancez dans un immense chantier de rangement. Vous attaquer à toutes les pièces à la fois, tout ouvrir, tout brasser.

et terminer le dimanche soir au bord de la crise de nerfs dans un grand vrac de fringues pas triées et de tiroirs pas refermés.

Vous pouvez aussi, plus sagement, vous donner régulièrement de petits objectifs clairs pour avancer en douceur vers l’ordre et le rangement. C’est beaucoup moins stressant et beaucoup plus efficace. Voici donc, inspirée par un billet déjà ancien d’un site que je vous recommande si vous parlez anglais, unclutterer, 18 idées de petits gestes de quelques minutes qui vous permettront de reconquérir sans douleur votre espace.

  1. déterminez un endroit précis pour déposer les papiers et documents entrant : rien de pire que les papiers dispersés dans la maison au fur et à mesure de vos retours. Tout d’abord ils font désordre, ensuite ils courent le risque de se perdre, et de vous mettre en difficulté (tiens, en parlant de ça, elle est où ma jolie déclaration d’impôts arrivée il y a quelques jours ?). Ayez une boite, un dossier, un tiroir, ce que vous voulez, qui soit destiné à accueillir ce qui entre chaque jour. Et une fois par semaine, genre le dimanche soir avant de commencer la semaine, Hop, vous videz, vous traitez, vous payez, vous rangez. et vous ne perdez plus rien !!

    (more…)

 

12345...9
 
 

P O S I T I V E R |
encore zun |
Ma classe maternelle 2007/2008 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Trouvez votre notice ...
| Subversif
| passionbulgarie